Adolescent émotif

Du Rap à la sophrologie

Peut-être que certain se demanderont pourquoi mon cabinet de sophrologie est un studio? Et pourquoi faire le lien entre ce lieu et les adolescents émotifs?

La raison la plus simple et résumée, est que je vous reçois chez moi, là où vous trouverez simplement un univers chaleureux, sans chichi, sans chacha 😉

Parce que chez moi, c’est comme chez vous !

La sophrologie peut se pratiquer partout, et surtout chez vous !

Notamment, chez toi, l’adolescent qui a besoin de gérer tes émotions!

C’est avec cette intention première que je vous reçois ainsi.

L’autre raison, qui a un lien fort avec la première c’est que Cécile Sophro Studio, c’est le reflet de qui je suis, de la façon la plus authentique que je puisse livrer aux autres.

Un peu d’histoire

Née en 1980, je vis comme tout le monde, dans une ère empreinte de publicité, de commerce, de marketing, de Canal+ et d’M6.

Je traverse les actualités, le repas du soir se fait devant la télé… Bref, je vis dans mon époque.

Mon adolescence

J’ai été à la même école que tout le monde, j’y ai connu, l’amitié, la trahison, les premiers amours, et les déceptions sentimentales. Les profs sympas et moins sympas, les contrôles de maths stressants, et des facilités dans d’autres matières.

Et, si je zoom sur cette période, en banlieue parisienne.

J’ai beaucoup trébuché… Je commençais à ressentir l’hostilité du monde des adultes sans en percevoir la richesse.

Je vivais dans mes émotions

Elles étaient, souvent très hautes : des fous rires à en pleurer (jamais au bon moment:) Vous connaissez ça, hein !??? 🙂

Entre camarade, on se racontait surtout des bêtises, on voulait continuer à s’amuser, même si nous n’étions plus tout à fait des enfants. Tout était prétexte à éclater de rire 🙂

A contrario, je vivais aussi dans des émotions très plombantes, des peurs, des angoisses provoquant sanglots et chaudes larmes. Lorsque le soir venait, je voyais tout en noir. Je ne me se sentais pas libre, incomprise. 🙁

Je vivais au premières loges d’une période de crise sociale, le chômage de mon père, et un monde que je ne comprenais pas.

Mon quotidien de collégienne et lycéenne, dans une époque où la musique me faisait hocher la tête au son d’un rap, sonnant et revitalisant.

La musique comme exutoire

Ce rythme, comme le battement d’un cœur, un diapason qui donne envie de dévorer le monde à coup d’injections claquantes, relatant ce que la télé nous montrait de plus dur à accepter.

Je vivais sur une mer agitée, parfois dans une tempête, un tumulte, un tourbillon.

Et je montais le son de la musique dans ma chambre pour exulter, pour extérioriser cette violence que j’essayais d’esquiver.

J’aimais le rap parce qu’il y avait une puissance dans chaque mot, et dans chaque syntaxe.

Mais, je ne pouvais pas vivre comme ça. Cette intensité au quotidien méritait d’être aussi « apaisée« , à tel point que je retiens le tumulte des émotions de cette période.

Ce qui m’a permis de switcher

Deux actions de mes parents m’ont marqués.

La première ce sont les mots de ma mère, (que j’ai fais pleurer), j’avais été trop loin…

Elle m’a dit : « Cécile, fais attention, tu sais manier les mots et tu m’as blessée… »

Là, j’ai pris conscience que je pouvais m’approprier la puissance des mots, mais que je les utilisais mal, car j’étais imprégnée de la violence que je percevais dans mon environnement.

Je ne percevais plus la douceur de mon foyer.

Mon père, a eu ce geste qui m’a permis un deuxième déclic.

Mon premier contact avec la Sophrologie

Il m’a donné une cassette de relaxation que j’écoutais dans mon walkman. (on est dans les années 90 ) 🙂

C’était devenu le seul moyen de m’endormir sans pleurer.

J’y ai appris à me concentrer sur mon souffle, à ressentir chaque partie de mon corps.

J’ai appris à revenir à mon corps, et trouver, enfin : Un équilibre.

J’ai créer ma Vision, celle dans laquelle je suis libre.

A chaque fois que j’ai eu, à retrouver l’équilibre, je savais comment m’y prendre.

Cécile Sophro Studio

Alors, j’en reviens à cette histoire de « studio ».

Ici, dans cet espace, je ne vais pas t’expliquer ce qui se passe « au niveau hormonal, et dans la structure neuronale des adolescents. », je ne vais pas te parler de phobie scolaire, je ne vais pas te parler de ce que qui a été théorisé sur le sujet…

Au studio, je t’accueille chez moi, parce qu’on se ressemble, que je te comprends et que je sais que je peux t’aider.

Chez moi, pour que tu puisses reproduire chez toi.

Je te transmets ce qui va t’aider à revenir à ton corps, à ton souffle, et la puissance de mon verbe est au service de ton équilibre.

Toi, tu vas créer ta Vision du monde, celle qui te rendra la possibilité de vivre « *ta meilleure vie ».

*expression empruntée à mon ado 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *